Les diamants des années 70-80

Les diamants des années 80 ont une histoire particulière : majoritairement des diamants d’investissement, ils ont connu un contexte particulier, en pleine explosion des certifications du diamant et avant la bulle du diamant. Aujourd’hui, ils sont très recherchés par les diamantaires pour leur valeur et leur qualité.

Histoire des diamants des années 80

La certification des diamants dans les années 70-80

Le laboratoire de gemmologie Hoge Raad voor Diamant (HRD) a vu le jour en 1973 sous l’impulsion du gouvernement belge et des principaux acteurs de l’industrie du diamant. A l’origine partie intégrante de la fondation privée Antwerp World Diamond Centre (AWDC), le HRD est devenu en 2007 une entreprise à part entière, spécialisée dans la certification des diamants, avec un rayonnement international.

Dans les années 80, c’était le principal laboratoire de certification reconnu en France, avec la Chambre de commerce de Paris. La grande majorité des diamants de cette époque est donc certifiée HRD. Depuis, d’autres organismes ont vu le jour, comme l’IGI ou le GIA.

Diamants d’investissement

La création de certificats dans les années 70-80, pour attester de la valeur des diamants, a été à l’origine d’une multiplication des diamants d’investissement : dans les années 80,de nombreuses familles achetaient des diamants comme un produit d’épargne pour le patrimoine familial futur.

A cette époque comme aujourd’hui, il était intéressant d’investir dans le diamant. En effet, le diamant est un bien physique et tangible, que l’on peut mobiliser à tout moment en cas de besoin. Il a de la valeur à l’international. Et contrairement à l’or, il est stable et les taxes sur le diamant ne sont pas trop importantes.

Aujourd’hui, le diamant est de plus en plus rare, sa valeur augmente donc considérablement. C’est pourquoi la question de l’héritage et de la succession peut être délicate pour les enfants qui ont hérité de diamants suite à l’épargne de leurs parents dans les années 80.

La bulle du diamant dans les années 80

L’histoire du diamant a surtout retenu la bulle du diamant dans les années 80. Il faut replacer cette bulle financière dans son contexte : la création des certificats avait permis aux diamants de devenir des produits d’épargne, la professionnalisation de la vente de diamants avait fait exploser les prix des diamants… Le contexte économique mondial, également, était propice à la spéculation, avec une montée de l’inflation et la découverte des actions par les particuliers. Les experts auto-proclamés du diamant se sont multipliés, avec l’appui des rapports détaillés fournis par les organismes de certification, achetant des diamants et les revendant plus cher pour toucher des bénéfices. Les prix du diamant de 1 carat, sur lequel les « experts » ont basé toutes leurs offres, allant même jusqu’à le vendre plus cher que ceux de 1,5 carats, ont donc très rapidement augmenté, ce qui a créé une bulle : les prix du diamant de sont effondrés. En 1982, le cours du diamant est redevenu normal.

Aujourd’hui, le marché du diamant est plus sain, avec seulement quelques organismes de certification reconnus. Le cours du diamant est stable, avec une augmentation de 2 à 3 % par an seulement depuis 100 ans. Et surtout, la vente de diamants est très réglementée et seuls les professionnels certifiés sont habilités à le faire ! Il n’y a donc plus aucun risque de bulle financière.

lES DIAMANTS des années 70 -80

Les diamants des années 80 très recherchés par les diamantaires

De même que la récente bulle des crypto monnaies a permis de relancer le cours du Bitcoin (les spécialistes estiment que sa valeur aura doublé d’ici la fin de l’année), la valeur des diamants de l’époque a considérablement augmenté au cours des années.

Aujourd’hui, les diamants des années 70-80 sont très prisés par les diamantaires. En effet, les diamants d’investissement ont une valeur élevée même en temps de crise, car l’industrie du diamant fonctionne de manière complètement autonome. De plus, à cette époque, les diamants de qualité étaient bien moins rares qu’aujourd’hui, alors que les mines de diamants se raréfient à travers le monde… Les diamantaires professionnels sont donc particulièrement intéressés par les diamants issus de cette époque et ne vont pas hésiter à les reprendre plus chers que des diamants plus récents. Un intérêt qui pourrait répondre aux questions de succession que se posent les héritiers !

Vendre un diamant

Nous achetons les diamants des années 70-80 et nous proposons l’estimation gratuite de ces diamants par des experts gemmologues diplomés d’état exerçant la profession de depuis plus de 30 ans à Paris.
Vous pouvez estimer un diamant sans rendez vous dans nos bureaux, et nous vous évaluons votre diamant sur place avec une offre de rachat spontanée.

Estimer mon diamant en ligne